L'équipe

Espelida%20products%20(4%20of%209)_edite
IMG_1643.jpg

A gauche c’est Micah. Il est Australien et anciennement infographiste. Après avoir aidé Florence pendant une saison, il a découvert qu’il aimait beaucoup travailler dehors et de ses mains plutôt que devant un ordinateur. Il a découvert aussi qu’être paysan, c’est être multifonction. Il y a le côté agricole, certes, mais il y a aussi beaucoup de bricolage, des constructions, de la mécanique, des aménagements à faire, etc. Bref, plein de choses sans que ce soit répétitif ! Au fil du temps, Micah a appris à faire énormément de choses. Aujourd’hui, c’est lui qui est responsable des distillations, de tout ce qui est bricolage et constructions (et il y en a beaucoup !), de l’aménagement des espaces de cultures, de la mise en place du système d’irrigation et des réparations mécaniques.

A droite c’est Florence. C’est elle qui est à l’origine du projet. Elle a grandi à la campagne et a un profond attachement pour le milieu rural et la nature. Elle a étudié dans le secteur agricole et a ce projet en tête depuis très longtemps mais n’osait pas le mettre en place seule. Avec le soutien de Micah, elle s’est jetée à l’eau et « son » projet est devenu « leur » projet. Florence s’occupe de toute la gestion de l’activité (et ce n’est pas une mince affaire...), de la partie commercialisation (marchés, foires, livraison des boutiques, etc.), des visites à la ferme et de la transformation des produits cosmétiques.

Et ensemble, ils font tout le travail de la ferme, semis, repiquage, plantations, entretien des cultures, désherbage, cueillettes et récoltes mais aussi le conditionnement et l’étiquetage des produits.

 
 

Historique

En 2011, nous avons contacté l'ADDEARG organisme accompagnateur de porteurs de projet agricole. Nous n'avions pas encore de terre à ce moment-là, mais nous ressentions le besoin de parler de notre projet. Ils nous ont aidés à structurer nos idées et rencontrer des professionnels des plantes à parfum, aromatiques et médicinales, PPAM dans notre jargon.

En parallèle, nous avons commencé à nous (re)former, car malgré un cursus en secteur agricole, le monde des plantes aromatiques et médicinales, nous était inconnu. On ne se voyait pas faire de distillation sans avoir été formés au préalable. On se posait beaucoup de questions sur la façon de procéder pour installer les cultures. Nous avons donc fait plusieurs formations notamment sur la distillation et la cueillette en milieu sauvage au CFPPA de Nyons, un établissement qui propose depuis longtemps des formations autour des PPAM.

Nous continuons à nous former régulièrement car notre métier est vaste et qu'il y a toujours des choses à apprendre. Ces formations sont des lieux riches en rencontres et en échanges.

C'est après presque 2 ans de recherches que nous avons enfin trouvé des terres agricoles sur la commune de Pommiers. En juin 2013, nous avons signé un bail à ferme avec un ancien chevrier qui avait utilisé ces terres comme pâturage. Eric, le propriétaire des terres, était lui-même à Nature&Progrès à l'époque, un vrai pionnier du bio ! Une bonne rencontre car il cherchait des fermiers ayant les mêmes valeurs que lui. Nous avons signé un bail agricole en juin 2013. L'aventure commençait !

2013 : Remise en état des terres

 

Les terres que nous récupérions n'avaient pas été cultivées depuis une vingtaine d'années. Dans un premier temps, nous avons refait les accès et demandé à un agriculteur du coin de faire un petit labour pour ameublir la terre et casser le matelas de racines de la friche en place. En fin d'été/début de printemps, nous avons semé de l'engrais vert afin d'améliorer et de protéger le sol durant l'hiver.

Terre en friche

Après un bon nettoyage, prête à être cultivée

2014 : Les tous débuts de l'activité
 

Après avoir investi dans du matériel agricole (débroussailleuse, motoculteur, système d'irrigation, etc.) nous avons acheté nos premières semences, planté nos premières cultures, fait nos premières cueillettes en milieu sauvage. Nous avions acheté un petit alambic de 30L dans lequel nous distillions de petites quantités de plantes. Pour les plus grosses quantités, nous allions distiller à façon chez un distillateur du coin. Nous avons attendu d'avoir une jolie gamme d'huiles essentielles et d'eaux florales avant de commencer à vendre pour la première fois en novembre 2014. Notre premier point de vente était la boutique paysanne du Vigan.

Nos premières plantations

Nos premières distillations

2015 : Construction de la distillerie !       

 

C'est grâce à la combinaison de plusieurs financements que nous avons réussi à rassembler l'argent pour construire notre distillerie : prêt à taux zéro avec l'AIRDIE, subvention de la Région Languedoc-Roussillon à l'époque et donation de la Fondation Raoul Follereau. Nous n'avions jamais construit de bâtiment auparavant alors nous avons fait appel à un charpentier local qui a été d'accord pour que l'on fasse le bâtiment avec lui. Après 6 mois de travail et quelques chantiers d'entraide, notre distillerie était sur pied.

Différentes étapes de la construction de la distillerie

2015 : C'est aussi l'arrivée de notre alambic !!!

Ah l'alambic, toute une aventure ! Aventure financière d'abord, car c'est par le biais d'un financement participatif que nous avons réussi à rassembler les fonds. Ce fût très stressant et jusqu'à la dernière minute nous avons bien cru que nous n'y arriverions pas, mais si ! J'en profite pour remercier encore une fois tous les participants de nous avoir soutenus dans cette belle aventure.

Aventure aussi pour le trouver cet alambic. Trois ans de recherches ! Il faut dire que nous avions des critères très sélectifs. Nous voulions un alambic en cuivre, d'occasion, avec une chaudière à vapeur séparée du vase à plantes. Nous l'avons trouvé dans les Deux-Sèvres, à 9h de route de chez nous. C'est un vieil alambic de 350L construit en 1942 ! Le bouilleur de cru qui nous l'a vendu s'en est servi pendant plus de 20 ans et l'avait lui-même récupéré de son beau-père. Vieil alambic, mais en état de marche. Il fallait juste lui refaire une petite beauté. C'est un artisan du village voisin qui l'a restauré pendant près de 4 mois. Quelle joie quand il est arrivé à la distillerie et que nous avons fait nos premières distillations avec lui !!!

Arrivée de l'alambic

Première distillation avec le nouvel alambic

2016-2017 : Nous nous sommes concentrés sur le développement de notre petite entreprise. Chaque année, nous agrandissons nos cultures et cueillons plus de plantes. Nous développons aussi notre réseau commercial et professionnel et nous continuons à nous former ponctuellement afin de nous améliorer en permanence sur nos pratiques culturales.


2017 : Nous avons décidé de demander la DJA (dotation jeune agriculteur). C'est une subvention assez conséquente qui demande beaucoup de démarches administratives, un engagement à rester agriculteur pendant 5 ans et à dégager un revenu au terme de ces 5 ans. Ça tombe bien, c'est ce qu'on veut aussi ! En 2017 nous ne vivions toujours pas de notre activité mais grâce à la DJA, nous comptons bien y arriver. Avec cette subvention, nous allons nous professionnaliser, nous moderniser et améliorer nos conditions de travail. Après 2 ans de montage du dossier avec la chambre de l'agriculture, nous déposons notre demande de subvention en décembre 2018.

2019 : Agrandissement de nos cultures et professionnalisation de notre activité avec la construction du laboratoire et l'achat d'équipement semi-professionnel ! Flaconneuse, étiqueteuse, micro-tracteur, alambic de 50L pour la distillation de la rose, réhabilitation du serpentin de l'alambic de 350L bref, tout ce qu'il faut pour être plus à l'aise dans notre métier et mettre un petit coup d'accélérateur.

Alambic pour distiller la rose

Pose de broyat avec le tracteur

Laboratoire de flaconnage des eaux florales

Octobre 2019 : Un petit paradis...

Une magnifique opportunité s’est offerte à nous. Depuis le début de notre aventure, nous cherchions des terres à acheter, si possible avec une maison. Denrée rare et difficile à trouver dans notre région, surtout quand on a un petit budget. Nous avons cherché pendant 7 ans, parfois très activement, parfois moins. Mais en octobre 2019, nous avons eu la chance de pouvoir acheter la maison qui se trouve juste à côté des terres que nous cultivons depuis 2013. Une très belle maison avec 18ha de terre dont environ 8000m² cultivables et une source qui coule toute l’année. Un vrai petit paradis ! Nous étions fous de joie ! Notre projet va prendre de l'ampleur et devenir un projet agro-touristique,  le "vrai" projet que nous voulions accomplir en fait. Nous espérons pouvoir ouvrir un camping à la ferme, un petit gîte et faire un jardin à visiter. Bien-sûr, tout cela va prendre des années et nous ne pourrons sûrement pas le faire seuls mais ça nous tient vraiment à coeur et nous espérons bien y arriver.

Notre petit paradis

 

Ethique et philosophie

Espelida, c'est la naissance d’un projet mûrement réfléchi et construit. Nous avons fait le choix de créer notre propre métier pour être en cohérence avec nos valeurs : respect de la terre, de la nature et de nous les humains. Nous faisons partie d’un ensemble, d’un tout, l’un ne fonctionne pas sans l’autre, tout est lié. Pour nous, pratiquer une agriculture agro-écologique et paysanne, respectueuse de notre environnement, était une évidence.


Nous vendons nos produits en circuits courts, sur les foires, les marchés, à la ferme, dans les magasins bio et sur notre site internet nous inscrivant ainsi dans un système de relation juste et humain. Cette proximité permet de nous engager dans une relation de transparence et de confiance avec les consommateurs et nous incite à toujours rechercher la meilleure qualité et les produits les mieux adaptés à vos besoins.

Nous sommes très attentifs à l’impact de nos gestes sur la planète et c’est pourquoi il n’y a pas de suremballage de nos produits. Nous avons choisi un seul contenant, en verre car c’est le matériau facile à recycler mais aussi un matériau inerte. Nos produits sont de grande qualité, bio et faits avec beaucoup d’attention. Il nous était tout simplement impossible de les mettre dans des contenants en plastique qui pourraient les contaminer avec des molécules toxiques.

Tous nos produits ont la mention Nature & Progrès et ce n'est pas pour rien que nous avons choisi ce label. Nature&Progrès, née en 1964 de la contestation de l’agriculture industrialisée, est maintenant l'une des plus anciennes organisations de l'agriculture biologique en France et en Europe. Pour Nature&Progrès, l’agriculture biologique va bien au-delà d’un simple label et inclut des valeurs d’équité, de proximité, d’autonomie et de partage en pensant le système de manière globale. Elle est conçue comme un projet de société agricole et alimentaire alternatif et participatif, respectueux du vivant. Nature&Progrès rassemble des professionnels et des consommateurs dans un même mouvement pour :

  • Le respect des équilibres des écosystèmes vivants (sol, végétaux et animaux)

  • La santé des hommes et de la Terre,

  • Une agriculture paysanne, à taille humaine, privilégiant le local et les circuits de proximité,

  • Des échanges équitables au nord comme au sud,

  • Le partage des savoirs et des savoir –faire, l’échange, le lien social.

En tant que consommateur, vous pouvez vous aussi être acteur de cette agriculture agro-écologique et paysanne et participer à la construction d'un monde plus juste, plus équitable et plus bio. N'hésitez pas à consulter leur site internet pour en savoir plus.

 

Notre façon de travailler

Les cultures

A la ferme, nous cultivons de petites surfaces de façon agro-écologique en privilégiant dans la mesure du possible le travail manuel au travail mécanique, ceci afin d’éviter de perturber la vie du sol qui nous est si bénéfique. Nos cultures sont recouvertes d'une épaisse couche de paille ou de broyat afin de maintenir l'humidité du sol et de limiter le désherbage. En se dégradant, le broyat apporte de la matière organique à la terre, aux plantes et à la faune du sol.

Nous récoltons les plantes à la faucille. Sentir, toucher, observer, ce contact privilégié que nous avons avec les plantes est très important pour nous. Un travail fait à la main respecte la plante et ne l’abîme pas comme pourrait le faire une machine. La qualité du produit final s'en ressent.

 

Cueillette à la faucille

Paillage des cultures

Les cueillettes en milieu sauvage


Notre gamme de plantes est complétée par des cueillettes en milieu sauvage que nous effectuons dans des sites privilégiés loin de toute pollution. Nos cueillettes sont pratiquées avec soin et dans un esprit de sauvegarde de la diversité écologique du milieu. Nous cueillons à la faucille en laissant systématiquement environ un tiers des plantes afin que l’espèce puisse se renouveler. Nous ne cueillons bien évidemment pas les espèces rares ou protégées.

Cueillette de Thym

Cueillette de Carotte sauvage

 

Nos produits

Les huiles essentielles et eaux florales

Nous distillons nos plantes à basse pression, avec de l’eau de source et dans un alambic en cuivre. La durée de distillation est différente et spécifique à chaque plante. Il nous tient à coeur de respecter une distillation douce et complète afin d’extraire toute la quintessence de la plante et l’ensemble des molécules actives dites de «tête», de «coeur» et de «queue». Qualité plutôt que quantité est notre maître mot !

 

Lors d’une distillation, nous obtenons deux produits distincts :

  • les huiles essentielles : d’une densité plus légère que l’eau, elles remontent naturellement à la surface de l'essencier et sont très concentrées en principes actifs. Il faut savoir les utiliser.

     

  • et les eaux florales, appelées aussi hydrolats. D'une densité plus lourde, elles se trouvent au fond de l'essencier, sous les huiles essentielles. Ce sont des eaux chargées des principes actifs hydrosolubles de la plante qui a été distillée. Elles sont plus douces et plus faciles à utiliser au quotidien que les huiles essentielles.

 

Techniquement, nous devrions appeler « eau florale » les eaux des plantes que nous avons distillées pour leurs fleurs comme le bleuet,              

la lavande ou la rose par exemple, et « hydrolat » les eaux des plantes que nous avons distillées pour autre chose que la fleur : menthe poivrée, mélisse, laurier, etc…

Principe de distillation

Les cosmétiques, naturels et minimalistes :

Nous avons fait le choix de réduire au minimum la liste des ingrédients qui composent nos cosmétiques parce que nous sommes convaincus que plus c'est simple et mieux c'est pour la peau mais aussi pour la planète. Des ingrédients réduits au minimum, bruts, naturels et bio pour répondre au besoin de la peau et non au besoin du produit. Si vous êtes adepte des cosmétiques de grandes marques, cher ou moins cher, vous serez sûrement déçu par la simplicité de nos produits et par leur parfum plutôt brut. Mais nous vous garantissons que votre peau, elle, sera séduite !

 

Les macérats huileux sont la base de tous nos cosmétiques. Ils sont préparés à partir de fleurs fraîches que nous cultivons ou que nous cueillons en milieu sauvage. Nous mettons les fleurs à macérer dans un mélange d’huile d’olive et de tournesol oléique, placées au soleil pendant environ 3 semaines. Le soleil chauffe lentement l’huile ce qui permet d’extraire les molécules actives de la plante. Les macérats sont de véritables huiles de soin à eux tout seuls !

Avec les macérats huileux, qui sont eux-mêmes chargés de principes actifs, nous confectionnons tous les autres cosmétiques (huiles de soin, baumes, savons, etc. ) en rajoutant d'autres ingrédients afin de renforcer un effet recherché. La grande majorité des ingrédients que nous rajoutons comme les huiles essentielles ou les eaux florales, sont des ingrédients que nous produisons nous-mêmes.

Vous l'aurez compris, avec les macérats huileux, l'huile est l'ingrédient principal qui compose tous nos cosmétiques et ce n'est pas pour rien. L'huile a non seulement des propriétés adoucissantes et assouplissantes, mais elle a aussi la faculté de retenir l’eau des tissus cutanés et donc de maintenir un bon taux d’hydratation. Si vous trouvez que l'huile est trop grasse et que cela ne vous convient pas, une petite astuce consiste à mélanger votre huile de soin avec un peu d'eau florale directement dans le creux de votre main et de les mélanger avant de les appliquer sur votre peau. Vous verrez, le mélange pénètre plus facilement, votre peau n'est pas grasse et vous avez une sensation de confort immédiate et très agréable. A tester absolument !

 

 
 
Liens utiles ou amis

 

Réseau professionnel et formation

Addearg : https://www.jeminstallepaysan.org/gard

Syndicat SIMPLES : https://www.syndicat-simples.org/71-2/

Nature & Progrès : https://www.natureetprogres.org/

CIVAM Gard : http://www.civamgard.fr/

Association Française des professionnels de la Cueillette : http://www.cueillettes-pro.org/

Vieilles racines et jeunes pousses : https://www.vieilles-racines-et-jeunes-pousses.fr/

CFPPA de Nyons : https://www.cfppa-nyons.fr

Les copines des plantes

Lo Gafarot : https://meristemeblog.wordpress.com/

Pépinière Saison et couleur :https://saisonsetcouleurs.wixsite.com/pepiniere/conseils-de-plantation

Songes de Sahuc : http://www.songesdesahuc.com/

 

Huiles essentielles, botanique et usage des plantes

Plantes essentielles : https://plante-essentielle.com/

Althéa Provence : https://www.altheaprovence.com/

Wikiphyto : http://www.wikiphyto.org/wiki/Accueil

Tela-botanica : https://www.tela-botanica.org/

 

A voir, à faire dans les Cévennes autour de chez nous 

Office du tourisme du Vigan : https://tourismecevennesnavacelles.com/

Le jardin des Sambucs : https://jardinsambucs.com/

Le chemin de St Guilhem : https://www.chemin-st-guilhem.fr/accueil/

Le Parc national des Cévennes : http://www.cevennes-parcnational.fr/fr

Causse et Lamas : https://www.causseetlamas.com/

Les accros d’Anjeau : https://www.lesaccrosdanjeau.fr/

 

 

On parle de nous 

Lo Gafarot : https://meristemeblog.wordpress.com/2019/02/04/video-le-cafe-aux-herbes-bienvenue-chez-espelida-episode-1/

Plante essentielle : https://plante-essentielle.com/espelida-de-lalambic-a-lalchimie/